De la beauté comme violence


L'esthétique du fascisme français, 1919-1939

Michel Lacroix

396 pages • avril 2004




Feuilleter cet ouvrage

Y eut-il, entre 1919 et 1939, un fascisme proprement français ? Oui, contrairement à ce qu'affirme depuis longtemps l'historiographie française. La base de ce fascisme était-elle idéologique ? Non, affirme Michel Lacroix : elle était d'abord esthétique.

Son ouvrage vise à montrer que tout du fascisme naît de l'esthétique ou y aboutit. Les discours, les pratiques symboliques et les textes littéraires ne cessent de le répéter : « Qui dit fascisme dit avant tout beauté » (Benito Mussolini).

Qu'est-ce qu'un chef ou un héros pour les artistes fascistes ? Quelles valeurs cherchent-ils à promouvoir chez les jeunes en Allemagne, en Italie et en France ? À quel spectacle politique consacrent-ils leurs efforts ? Voilà les trois principales questions auxquelles répond Michel Lacroix.

Pour y arriver, il est allé relire Drieu la Rochelle et Céline, mais il s'est aussi intéressé au scoutisme et à l'olympisme, à la sculpture comme au cinéma. C'est ce qui lui a permis de comprendre les rapports troubles du pathos, de l'exhibition, du sublime, de la violence et de la mort dans le fascisme français de l'entre-deux-guerres.

Michel Lacroix est professeur au Département de français de l’Université du Québec à Trois-Rivières. Il a publié des articles sur Louis-Ferdinand Céline, Drieu La Rochelle, Jean Paulhan, Robert Brasillach, les sociabilités intellectuelles au Québec et en France. De la beauté comme violence est son premier livre.

Prix Raymond-Klibansky de la Fédération canadienne des sciences humaines (2004-2005)
Prix de l'Association des professeurs de français des universités et collèges du Canada, 2005
Finaliste, Grand Prix France-Québec Jean-Hamelin, 2004

Achat

Papier (achat en ligne)

ISBN 9782760619593
34,95 $ • 31 €


EPUB

ISBN 9782760629783
16,99 $ • 14,99 €
Exclusivement disponible sur Apple/iTunes

PDF

ISBN 9782760626010
16,99 $ • 14,99 €


Ce titre vous intéresse ? Voyez aussi…