Rictus romantiques


Politiques du rire chez Victor Hugo

Maxime Prévost

384 pages • mars 2002

Feuilleter cet ouvrage

Les efforts de l'homme pour se procurer de la joie sont parfois dignes de l'attention du philosophe, écrit Victor Hugo dans L'Homme qui rit. Comme les autres romantiques, il fait pourtant peser un énorme soupçon sur le rire et sur la gaieté. Les rictus omniprésents sous sa plume et celle de ses contemporains appartiennent tant au sadisme qu'à la souffrance, tant au bourreau qu'à sa victime.

Alors que notre époque se montre friande de bonne humeur, de fêtes, de festivals, Victor Hugo et ses contemporains des quatre coins de l'Europe jugent que la joie est mal à-propos, elle qui résonne au milieu des souffrances populaires. Il peut lui arriver de sourire ou de verser des larmes, mais le héros hugolien ne rit pas, sauf si on l'y oblige.

Doit-on encore lire les romantiques aujourd'hui? Oui, parce qu'ils nous rappellent qu'il faut résister à la dictature contemporaine de l'allégresse, du rire de force. Voilà pourquoi Rictus romantiques se termine par un « Éloge de la mauvaise humeur  ».

Après des études doctorales à l'Université McGill, Maxime Prévost est actuellement chercheur postdoctoral au Département d'études françaises de l'Université de Montréal. Il a publié des articles dans Discours social, Littératures, Neophilologus, Nineteenth-Century French Studies, Studi Francesi. Rictus romantiques est son premier livre.

Prix de l'Association des professeurs de français des universités et collèges du Canada, 2004

Achat

Papier (achat en ligne)

ISBN 9782760618275
29,95 $ • 26 €


EPUB

ISBN 9782760629080
14,99 $ • 12,99 €
Exclusivement disponible sur Apple/iTunes

PDF

ISBN 9782760623699
14,99 $ • 12,99 €


Ce titre vous intéresse ? Voyez aussi…