Le devenir-femme des historiens de l'art

Michael Fried et Georges Didi-Huberman

Quelles relations l’histoire et la théorie de l’art entretiennent-elles avec le fantasme ? Et par quels mécanismes – tant psychanalytiques que philosophiques, historiques, sociaux ou politiques –s’articulent-elles au sein des discours sur l’art ? L’autrice, qui s’appuie sur les travaux de la philosophe française Sarah Kofman, aborde cette question en examinant les oeuvres, exemplaires à cet égard, de deux historiens-théoriciens de l’art considérés aujourd’hui comme des figures intellectuelles incontournables : l’Américain Michael Fried et le Français Georges Didi-Huberman.

En étudiant ces deux « cas » de façon approfondie, elle met en évidence la formation de véritables « systèmes fantasmatiques » et, avec une approche psychanalytique et féministe inédite dans le domaine, montre comment le genre et la différence sexuelle – et plus particulièrement les structures et les motifs liés à la féminité ou à l’ambivalence sexuelle – sont des objets de négociations complexes, de conflits et de compromis à l’intérieur même de ces systèmes. À partir des positions hystériques, fétichistes, mélancoliques ou encore paranoïaques adoptées par Fried et Didi-Huberman dans leurs écrits, elle tire des conclusions plus générales au sujet de la théorie de l’art en tant que lieu privilégié du fantasme, où se fait jour un devenirfemme des plus équivoques.

Katrie Chagnon est professeure associée au Département d’histoire de l’art de l’Université du Québec à Montréal et au Département des sciences historiques de l’Université Laval. Active dans le milieu des arts visuels depuis une quinzaine d’années en tant qu'autrice, chercheuse, conservatrice et commissaire d'exposition, elle occupe maintenant le poste de directrice et de rédactrice en chef du magazine culturel Spirale.

Acheter cet ouvrage

Papier

ISBN : 978-2-7606-4479-3

44,95 $ / 40,00 €

PDF

ISBN : 978-2-7606-4480-9

31,99 $

E-Pub

ISBN : 978-2-7606-4481-6

31,99 $