L'invention de l'appartenance


La littérature québécoise en mal d'autochtonie

Emmanuelle Tremblay

248 pages • novembre 2018

Feuilleter cet ouvrage

Dans les situations héritées de la déterritorialisation – à l’origine de la présence française en Amérique –, comment prétendre à une certaine autochtonie ? Au-delà des frontières entre ceux qui sont établis et les populations déplacées, comment la liberté d’imaginer l’autre conduit-elle à concevoir l’appartenance en assumant l’histoire coloniale ?

Sur l’horizon continental des littératures francophones, où l’auteure situe le texte québécois, l’autochtonie est l’affaire de tous. Qu’elle soit parée des signes de l’indianité, projetée sur l’écran virtuel de l’art, partagée par plusieurs identités, dérivée d’une mémoire prénationale ou sécrétée par une résistance à des pouvoirs réducteurs, elle est le vecteur d’un idéal d’authenticité. Sa quête module les oeuvres à l’étude. Le mythe de fondation – qui confère une légitimité au discours social et politique – fait place à des fantasmes qui renou­vellent l’appartenance par des propositions originales, lui donnant un ancrage sur différents territoires symboliques.

L’approche anthropologique ici adoptée s’appuie sur une synthèse des principaux enjeux identitaires formulés par la fiction littéraire, depuis les années 1970 jusqu’au début du XXIe siècle. Le panorama des figures de l’appartenance qui en résulte offre une contribution remarquable à la réflexion actuelle sur les défis du vivre-ensemble.

Emmanuelle Tremblay est professeure agrégée à l’Université de Moncton. Outre des textes théoriques, elle a publié deux romans (2013, 2016) et un recueil de poésie (2015).

Achat

Papier (achat en ligne)

ISBN 9782760639829
34,95 $ • 31 €


EPUB

ISBN 9782760639843
24,99 $ • 21,99 €

PDF

ISBN 9782760639836
24,99 $ • 21,99 €


Ce titre vous intéresse ? Voyez aussi…